La Fièvre

On décrit la musique de La Fièvre comme « une pop électronique hargneuse et exploratrice qui emprunte beaucoup, dans ses structures rythmiques et sa manière d’incarner le texte (en français), l’énergie du rap ».

La Fièvre est née dans la rencontre entre l’esprit décalé et irrévérencieux de Zéa Beaulieu-April et la force et la profondeur sensible de Ma-Au Leclerc. Toutes deux nées à Rimouski, à deux jours d’intervalle, la légende raconte qu’elles auraient composé leur première chanson à la pouponnière. Si peu de témoins peuvent aujourd’hui le confirmer, on peut toutefois constater que cette rencontre a créé un univers musical tout à fait singulier.

Le son du duo est implacable et abrasif, d’une créativité déjantée. Le caractère revendicateur et poétique des textes est propulsé par des percussions bégayantes, épineuses et percutantes, des voix monotones et des synthés sombres inspirés du post-punk. Une alliance qui marque l’imaginaire.

Entre Toronto et Rimouski, La Fièvre est connue pour ses performances endiablées et sa petite tendance à la sorcellerie. Elle croit au pouvoir incantatoire des mots et à la puissance des gestes. Dans une pratique résolument DIY, son objectif est d’assembler les moyens, les connaissances et les allié.e.s pour offrir des concerts de plus en plus immersifs, de plus en plus défouloirs.

La Fièvre est l’espace de perte de contrôle entre le rêve et l’éveil et un lieu de délire, de tumulte, d’excitation. Un débordement. Elle promet frissons, chaleurs et rêves délirants.

*

Le 28 mai 2017, La Fièvre lance Le Rituel, un EP sombre et dansant. Un bad trip inquiétant, mais intime et doux avec une touche d’humour et de réflexions féministes.

Le 30 octobre 2020, La Fièvre lance son premier album éponyme qui fait entendre le son implacable et abrasif du duo. Ma-Au Leclerc et Zéa Beaulieu-April y offrent une pop électronique hargneuse et exploratrice, pensée pour danser sur ses frustrations. Le caractère ouvertement engagé et poétique des textes y est propulsé par des percussions épineuses et efficaces où même les moments les plus doux sont hantés par une menace.
Cette vision créative singulière de la production électronique s’accompagne de thématiques d’actualité, comme le féminisme, la marginalité et la crise écologique.

***

La Fièvre is a dark-wave/art-pop duo from Montreal promising sweaty shivers, hot spells and delirious dreams. Their music has been described as « an snarling and exploratory electronic pop that borrows a lot, in its rhythmic structures and its way of embodying the text (in French), the energy of rap ».

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

La Fièvre

Extraits de presse

« Ce tout premier album est l’exemple ultime de l’ingéniosité de La Fièvre qui surfe sur sa complicité ahurissante pour nous en mettre plein la vue et les oreilles. Que ce soit avec le chant rapide, impressionnant et empreint de confiance de Zéa ou avec les rythmiques cinglantes et plus qu’originales construites par Ma-Au, les deux musiciennes montrent une nouvelle fois l’importance de leur apport dans l’écosystème musical montréalais et québécois. »

Louis, La Fièvre, Mes enceintes font défaut

« Car la principale force de La Fièvre est avant tout au niveau des textes, dans les prises de position féministes et environnementalistes qui sont plus que bienvenues dans cette conjoncture. Il faut dire que Zéa Beaulieu-April est déjà connue des milieux littéraires militants pour avoir entre autres cofondé la revue poétique Fermaille pendant la grève étudiante de 2012. Pas étonnant de voir resurgir dans La Fièvre un propos politique habile, d’une grande force poétique, qui arrive à se détacher des clichés qui plombent souvent de telles prises de paroles. »

Gabriel Vignola, La Fièvre, Le Canal auditif

La Fièvre a la percussion qui claque comme un fouet et le propos cinglant, ouvertement politique. Chant incantatoire et machines sont tout ce qu’il lui faut pour concocter une potion spéciale de synth-pop noire et dansante, un pont spectral entre agressivité et recueillement, un code secret de reconnaissance. »

Sophie Chartier, La Fièvre, La Fièvre, Le Devoir

« L’implacable et abrasif tandem formé de Ma-Au Leclerc et Zéa Beaulieu-April, toutes deux originaires de Rimouski, fonce tête baissée avec cette collection de titres de pop électronique hargneuse et exploratrice. Une musique pensée pour danser ses frustrations grâce à ses percussions épineuses et à ses sonorités dark-synth inspirés de la mouvance post-punk. »

 Eloïse Léveillé-Chagnon, La Fièvre annonce un premier album, Le Canal auditif

« Le premier album homonyme des deux musiciennes présente des synthés souvent décapants et des sonorités obscures portant néanmoins à la danse. Féminisme, écologie, audace et singularité : entrez dans les grandes profondeurs musicales de La Fièvre… et dansez! »

La Fièvre : électro sombre, exploratoire… et dansante, Ici Musique

Concerts à venir

À VENIR

COVID-19