PRESSE & PUBLIC

Presse écrite et web

« Avec la voix de Zéa portée à l’avant du mix, les thèmes exploités et des mélodies plus polies qu’affûtées, LeRituel sonne résolument féminin. On pense d’ailleurs à un cortège de femmes à l’écoute des premières offrandes de La Fièvre : Björk et son lyrisme mystérieux, Fanny Bloom et sa touche acidulée, l’intimité et les envolées de Nicole Miglis, PJ Harvey pour l’aplomb occasionnel, sans oublier Grimes et sa pop d’avant-garde ou le doux vaudou de Fever Ray! »

« Un fantastique amalgame d’influences et d’idées! »

« d’après les cinq pièces présentées, le duo dispose de suffisamment d’idées, de passion et de compétence pour poursuivre son élan sur la scène québécoise et au-delà. »

Joel Lelièvre, La Fièvre : mains froides, front chaud, Le Mouton Noir
http://www.moutonnoir.com/2017/09/la-fievre-mains-froides-front-chaud

 

« Le Rituel, the debut effort from Rimouski/Montreal duo La Fièvre (Ma-Au Leclerc & Zéa Beaulieu-Apri) plays out as a self-empowering feminist ritual. There are feverish glimpses of blood and water; dogs and wolves; hands and hair; herbs and intoxicating substances; the full moon and the cold sea and downtown Montreal. It is as much a poetry collection as it is a synth-pop album, or to use the sonic description La Fièvre use, a witch-pop album. »

« Vivid imagery and wordplay are the album’s greatest strengths, no surprise since Beaulieu-April is a published poet. Carefully chosen synth sounds, the intimations of a unique vocal style, and depth of meaning make this is a great album for introverted feminist witches to explore. »

Dominique Lemoine, Review – « Le Rituel » – La Fièvre, Grayowl Point
https://grayowlpoint.com/2017/07/24/review-le-rituel-la-fievre/

 

Radios

« It’s a great song and a really wonderful album, one of the most pleasant and enjoyable discovery I’ve personally made that year »

Blayne Haggart, All the rage
https://atr-radio.tumblr.com/post/164499929033/episode-31-triplejunearthedcom-is-rock-and-rolltriplejunearthed.com.

Entrevue, Ashes to Ashes, CJLO
https://soundcloud.com/ashestoashescjlo/la-fievre-interview

 

 

Les concerts

« nous aurons surtout été marqués par notre rencontre avec le duo montréalais La Fièvre (Ma-Au Leclerc et Zéa Beaulieu-April) qui propose une pop électronique hargneuse et exploratrice qui emprunte beaucoup, dans ses structures rythmiques et sa manière d’incarner le texte (en français), l’énergie du rap. Devant une trentaine de spectateurs, au Studio Rialto, le duo a fait belle figure.»

Philippe Renaud, Pop Montréal 2016 : pas encore seize ans, Le Devoir
http://www.ledevoir.com/culture/musique/480862/bilan-pop-montreal-2016-pas-encore-seize-ans

« Il s’agit d’une musique mélodique, mais viscérale qui puise dans la tourmente pour en extraire une beauté alchimique. »

Charle Dorion, Camuz

 

Les chansons

La Chienne : « La Chienne (the female dog) is a take about a dog feeling powerless, frustrated as she realises she is not in fact the master of her world, but shi is on a leash as she watches men around her access things she cannot! I know the feeling!! J’adore! » – Lina, Ladies First CHUO 89.1 FM

Les érables rouges: « Les érables rouges » ralentit la cadence et présente une structure plus atypique où un pouls d’incantation, presque sensuel, façon r’n’b 2.0, se précipite finalement vers un point d’orgue dansant, extatique. » – Joël Lelièvre, Le Mouton Noir

Sans rêve : « Mid-way through the album is a liminal moment. “Sans rêve” (without dreams) languishes over a drone tone, heavy bells, and distorted synth bass. Bursts of intense emotion are interspersed throughout agonizing ennui (as depicted on the album cover). At the end of the song, Beaulieu-April repeats the lyrics “hesitating to give oneself and fearing what will follow”, before being delightfully taken over by an intense, brief synth solo. I’d love to hear more musical inventiveness like this from La Fièvre. » – Dominique Lemoine, Grayowl Point

Gauchetière
 : « With “Gauchetière”, we go down deeper into the darkness of the occult. Here is where La Fièvre takes back their power. While Gauchetière is the name of a Montreal street, “gauche” is surely also a reference to the “left” path in Western esoterism – that is, black magic. The accompaniment is dark yet fun, holding its own while effectively keeping the focus on the sing-songy vocals. » – Dominique Lemoine, Grayowl Point

Nous reculons
 :  « Le Clip de l’Instant, [Nous Reculons], propose une fresque poétique en images quelque peu troublantes sur un fond de textes articulés qui frappent l’imaginaire. Plus qu’un simple exercice de style, plutôt une prise de position artistique sur la condition humaine. » – Le boulimique de musique
« Nous reculons » catalyse tout le morfil et la détermination de La FièvreGorgé d’urgence, limite paranoïaque, il se prête parfaitement au timbre un peu éteint de Zéa. Trent Reznor approuverait. » – Joël Lelièvre, Le Mouton Noir